INDIGØ : Un nouveau genre qui promet

Tu en as marre d’écouter les mêmes musiques en boucle ? T’aimerais bien écouter quelque chose qui change, qui se démarque et qui, en plus, est local ? Je te propose de te faire découvrir le groupe INDIGØ, un groupe suisse tirant ses inspirations dans des sonorités variées telles que le hip-hop, l’électro, la deep house ou encore la variété française. Jeunes artistes talentueux et motivés, ils se démarquent de par leur style qui couple visuel et auditif, t’emmenant dans un univers mêlant sonorités enivrantes et scénarios traitant de sujets d’actualité.

Pour te situer et afin de mieux comprendre qui ils sont et quelle est leur motivation, il te faut savoir comment tout a commencé. INDIGØ naît d’une rencontre au collège de M. Dazar et M. Gabor, respectivement Malek Saghrouni et Vincent Zbaeren Gabor de leurs vrais noms. Dès leur rencontre, ils se mettent à faire de la musique et monteront deux autres groupes avant de créer celui-ci. Agés à présent de 24 et 25 ans, ils décident, à travers INDIGØ, de mettre à l’œuvre leur amour pour la réalisation artistique en créant un projet musical dans lequel ils se donnent la réplique tout en jouant sur le contraste de leurs chants. À cette fin, ils mêlent un phrasé influencé par la variété et la culture hip-hop au rythme et au son électro/pop.

Une partie de l’équipe du tournage © Stéphane Kharraji

Ce qui les a poussés à former ce groupe, c’est l’envie de créer un nouveau concept musical, tant par le style utilisé que par la façon de le mettre en scène dans des clips « bande-annonce » précédant un court métrage. Dans cet objectif et pour la réalisation de leur premier clip, ils se sont alliés à l’un de leurs amis d’enfance, Stéphane Kharraji, 25 ans, afin d’unir leurs univers respectifs. Ce premier clip s’intitule « Diamant Bleu » et fait office de bande annonce pour un prochain court métrage du même nom qui sortira en septembre 2017. Ce titre, provenant de leur EP à venir, a été présenté lors de leur vernissage privé le 9 juin passé. Leur EP de 6 titres, quant à lui, sortira fin 2017. Sur leur liste de projets, on retrouve aussi un nouveau court métrage dont le tournage est prévu cet été, mais dont la date de sortie reste, à ce jour, encore inconnue.

Le lancement de ce projet visuel représente pour INDIGØ le gros challenge de l’année 2017. À la base du projet, toujours cette envie de promouvoir la musique mais, cette fois, par la réalisation cinématographique. Environ 60 bénévoles ont participé au projet, tous étant des connaissances du milieu ou des proches du groupe. La réalisation du court-métrage a pris 6 jours de tournage intense et des centaines d’heures de montage en post-production. Dans le clip, les deux chanteurs n’apparaissent pas et laissent la puissance des images emmener le spectateur dans ce qu’ils appellent : « L’Univers Indigo ». À cette fin, ils ont fait appel à deux mannequins soeurs jumelles de Fribourg, Tess et Margaux Van Kommer, pour véhiculer les émotions qu’ils voulaient transmettre à travers leur clip. Pour ce qui est de l’appellation « INDIGØ », cela représente, pour les deux protagonistes, une forme de sensibilité spéciale, une façon de voir le monde différente (qui s’inspire de la théorie des enfants indigo, munis d’un certain regard sur le monde.)

Aperçu du tournage © Lewis Gashaza

Ce qui rassemble aussi les 2 chanteurs c’est leur association, « Blueberry », créée en mars 2017. Elle vise à soutenir les artistes suisses de tous genres : musiciens, acteurs, peintres ou autres et permet de mêler des protagonistes locaux à leurs projets. Quand on leur demande ce qui a motivé la création de cette association, ils nous répondent que la Suisse est un petit pays qui regorge d’une multitude de talents de tous genres, la plupart étant non-découverts et/ou ne bénéficiant pas de l’attention qu’ils méritent. Il est de ce fait difficile pour eux de se faire une place dans le milieu, d’être vus ou écoutés; leurs opportunités sont donc moindres. L’objectif du projet  INDIGØ est justement de fédérer des artistes créateurs et entrepreneurs, afin de les mettre en valeur et ainsi, de promouvoir l’art et la culture en Suisse. Cette mixture entre musique et réalisation de court métrage représente, pour le collectif, le support idéal pour réunir ces esprits créatifs et partager ensemble les idées de la jeunesse.

Si tu veux en savoir plus sur leur association, il te faudra patienter un peu, celle-ci ne disposant pas encore d’un site internet. Cependant, tu peux rassasier ta curiosité en allant écouter leur morceau, le faire découvrir à tes potes, ou encore t’assurer par toi-même que tout ce que je viens de te raconter n’est pas un amas de mythos. Je te laisse donc te faire ta propre idée :

Stay Tuned

Leila Rossato

 

 

Laisser un commentaire